Témoignage XXL Corsaire : Jeff

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Avant de parler de la course proprement dite, voici mon récit sur les différentes décisions prisent pour passer la ligne d'arrivée dimanche.

Aout 2016 : Décision de courir le marathon de la Rochelle pour voir. Du coup, course en novembre et franchement, je n'avais pas forcément adhéré, donc je me dis que ça ne sera pas pour 2017.

Saison 2017 : Objectif du L de Lacanau en ce début de saison, et 15 jours avant, paf la main cassée. Arrêt de sport et la saison HS, il fallait que je retrouve un objectif différent de l'habitude. Et là, revient cette idée, je me demande si je suis prêt à faire des choix un peu draconien, un suivre un plan d'entrainement trouvé sur internet (Ironman France en 12h de Guy Hemmerlin), à perdre 10 kilos, à m'investir à 200% pour une course.

J'en parle autour de moi et voila que 2 puis 3 lascars adhèrent à l'idée. Nickel, un groupe de 4 pour l'ironman au T.C.C., du jamais vu, ça motive encore plus. Viendra également se greffer le groupe L de Lacanau qui nous a bien aidé également. Merci à vous tous.

La prépa est divisée en 4 périodes. La première commence début novembre avec un entrainement foncier sur les 3 sports avec 6 entrainements/semaine. Tout va bien jusqu'à cette vilaine chute à vélo (S3) qui me met à terre (et pas forcément que physiquement). Je m'en sors avec 12 points de suture sur le visage, un pet au casque, et un genou qui va pas très bien. 1 mois de soin donc pas de nage et pas moyen de s'entrainer convenablement.

Je reprends l'entrainement "régulier" fin décembre donc la phase 1 est presque terminée, je décide donc de la prolonger un peu pour avoir une bonne base foncière. Début janvier, j'arrête les abus, je préviens ma famille et amis de mon choix et je fais attention à mon alimentation. (au passage, j'ai utilisé une appli qui m'a aider à comprendre mes prb de poids, et bien sur arriver au résultat final).

Les semaines s'enchainent sans trop d'encombres, on commence à augmenter les heures d'entrainement en phase 2. Ensuite, arrive la période 3 de foncier spécial et spécifique ironman. Pendant 3 semaines, je passe à 9 entrainements/semaine, avec une journée de repos. Une semaine de récup (6E/s) et Re 9 entrainements pendant 4 semaines. Je suis à environ 15h par semaine, le corps encaisse pourtant pas trop mal mais quelques douleurs arrivent, passage obligé chez mon ostéo pour remettre de l'ordre. Une semaine de vacances au ski me fait également le plus grand bien, oxygénation, changement d'air, d'esprit et tout, que du bonheur....( Merci à Miki & Co)

Je reprends l'entrainement et rentre dans la période pré compétition. Ca sent bon, sachant que j'avais calé Lacanau pour voir un peu ou en était la prépa. La course se fait en Pré fatigue, c.à.d. avec de la charge d'entrainement dans les jambes et à bloc pour ne rien regretter. Quel plaisir de mettre un dossard après des mois d'entrainement. Comme prévu la nage est correcte, le vélo passe bien et j'explose à pied au 10ième je crois. L'objectif étant atteint, je suis plutôt satisfait de la prépa et enchaine directement sur une semaine de vélo dans les Pyrénées.

Arrive ensuite les 3 dernières semaines dites d'affutage. La première, on garde le nombre de séance (8E/S) mais on diminue le nombre d'heures, donc séances plus courtes. Ensuite S-1, on diminue le nombre de séance (5E/S) et on calme le jeu, fini le travail de seuil ou d'allure, il faut récupérer mais seulement le corps se demande un peu ce qui se passe et réagit bizarrement. Là, je me rends compte que je suis un accro du sport.

Le WE d'avant, on se cale une réunion avec les collègues du club pour se rassurer les uns les autres, pour répondre aux questions, se dire que le taf est fait et qu'il faut récupérer un max. Derniers entrainements la semaine du triathlon, j'ai hâte d'être à la course.

J'arrive sur St Malo le vendredi soir et récupère le dossard et accessoires pour la course. J'avais prévu de rouler le samedi matin mais la météo bretonne à contrarié mes plans. Briefing à 11h, rien de plus, tout va bien. L'après midi, je pars rouler 30 minutes pour essayer le matos et se rassurer. Je dépose ensuite le vélo dans le parc.

Petit tour chez les copains, il est 17h, ils sortent de table, il y a de l'ambiance. Ca fait plaisir de les voir sur place, on va se balader dans l'intra muros. Je rentre vers 20h pour le dernier repas et une petite nuit.

Réveil à 4h45, arrivée au parc vers 5h30 et là, gros brouillard, pas cool. 30 minutes après la décision tombe, pas de Nat, trop dangereux : en même tps, on ne voyait pas à 30m. Le moral en prend un coup et la déception est là car je me dis que je ne serai pas Finisher sur ironman dimanche soir. La nat fait partie de mes points "forts", ou disons plutôt qu'elle me permet de faire le trou avec certains de mes collègues du club....lol. Il faut se remobiliser, l'attente est longue. On bascule sur un enchainement vélo cap avec départ en ordre de dossard toute les 10 secondes.

Je pars prudemment jusqu'au 50ième, les jambes sont là, je décide donc d'accélérer et j'y vais aux sensations. J'avale les kilomètres jusqu'au 150ième sans trop d'encombre et je lève un peu le pied pour finir sans trop m'entamer. Après course, j'apprend que je fais le 23ième temps vélo sur 280 au départ, avec un chrono de 5h30 sur 180kms soit 33km/h et 1200m en D+(certains comprendront). Je suis content de mon vélo car je fini plutôt bien et j'y ai pris du plaisir avec les quelques belles surprises faites par mes fous furieux de copains. Merci à vous, je rigolais tout seul sur mon vélo et vive la Vendée, les bretons, on vous E......... mdr

Je dépose le vélo dans le parc et je change de tenue. J'échange quelques mots avec Gulit (36s pour être exact, j'ai compté oui oui), et je m'engage ensuite sur le marathon (4 tours de 10kms). Les sensations sont bonnes sur le premier tour, je reste sur la retenue car je sais que ça va être long et la cap, c'est pas trop mon truc. Je le boucle en 56min. Le second tour commence bien et arrivé vers le 20ième, je cale, la tête tourne, je marche pour aller jusqu'au ravito. Je fais une pause puis ça repart, bien moins vite. Le second tour en 1h01. La machine s'est remise en route, moins vite mais le corps tient, les faux plats se font en marchant mais je vois que je ne suis pas le seul dans cette situation, je trottine sur les parties plates et descendante. Le 3ième tour en 1h17. Quand je pars pour le 4ième tour, je sais que je vais finir, même s'il reste encore 10 kilomètres et même si le corps est fatigué. Le moral est là, les amis, la famille aussi, et que dire des spectateurs, des commissaires et des autres coureurs qui ont toujours un p'tit mot sympa. Tout me booste pour aller jusqu'au bout. Le dernier tour en 1h09. Je boucle mon marathon en 4h23 avec 230m en D+

Au final, 10h00 et 35sec pour être précis. 60ième sur 251 à l'arrivée avec la satisfaction et le plaisir d'avoir réussit quelque chose de "magique".

Je dis ça car outre l'aspect sportif, chronométrique ou classement personnel, ça m'a été très gratifiant d'un point de vue personnel et il en ressort des points positifs. J'ai encore appris pas mal de chose sur moi, que mon corps pouvait accepter beaucoup de choses, à condition de le respecter. Que je pouvais également avoir un mental d'acier et une motivation hors norme pour encaisser les séances, sortir en vélo par -3 ou -4, rouler pendant 5 ou 6h seul dans le vent, mais que mon équilibre est également fragile (Ceux qui me connaissent depuis longtemps le savent déjà ça). Cette expérience m'a aussi aidé à accepter certaine chose de la vie, à être "en paix" avec moi même.

J'ai appris aussi que mes amis acceptait et participait à ma préparation par leur présence, leur écoute, le partage de bon moment, comme d'hab quoi. Merci à vous tous, gros smak. J'ai rencontré des personnes inattendues qui ont été sensibles à ma prépa, qui se sont intéressées à ma course etc...(collègues de taf avec qui je cours le mercredi midi notamment mais aussi ceux avec qui je bossais ds l'atelier, du conseil, les voisins, les vieux du VCM...)

A mes 3 compères sur le XXL, j'ai nommé David, Oliv et Flo qui ont réussit à finir comme moi et avec la manière. Chapeau bas les gars car chacun a un timing chargé, pas facile de s'entrainer dans ces conditions mais on a été fort quand il le fallait. Merci aux licenciés et amis du TCC avec qui on a passé de bons moments à l'entrainement et qui ont œuvré pour la réussite de ma course.

Spécial thanks à mon Kiné Ostéo avec qui j'ai passé quelques heures et qui m'a suivi jusqu'au dernier jour. Merci à toi Bertrand.

Et comment ne pas remercier ma famille, et en particulier mes parents qui m'ont soutenu, encouragé et qui ont subi mes changements de planning en étant moins présent pour eux. ( point négatifs)

Et pour les inconditionnels des chiffres, en voici quelques uns. Depuis le début de l'année 2018 :

- près de 300h d'entrainement soit 60h/mois ou 15h semaine de moyenne

- 140Kms de natation soit 58h

- 4400kms de vélo soit 156h

- 700kms à pied soit 65h.

et 10kg de moins sur la balance.

Merci à ceux qui sont allés jusqu'au bout, je vous embrasse.

THE END

Nos partenaires

FFTRI : Fédération française de triathlon  Conseil général de Loire-Atlantique Mairie de Clisson